Culotte de cheval, cellulite : Est-ce la même chose ? Quels sont les traitements ?

La première est une bosse, une surcharge graisseuse localisée au niveau de la face externe de la cuisse, aussi appelée lipomérie, qui entraîne la déformation caractéristique dite de la “culotte de cheval”. La seconde, est un amas graisseux sous-cutané d’épaisseur non homogène qui donne un aspect “peau d’orange” à la peau.

La culotte de cheval et la cellulite sont différentes mais peuvent aller ensemble

Il ne faut donc pas confondre la bosse graisseuse qui cause la déformation de la culotte de cheval avec l’aspect cellulitique que la cuisse peut avoir au même endroit. Lipomérie ? Cellulite ? On peut avoir l’une sans l’autre, ou l’une et l’autre en même temps. L’analyse de chaque cas permettra de déterminer les différentes indications. Selon le volume de la déformation graisseuse, et la présence ou non de cellulite, différents traitements ou combinaisons de traitements sont possibles.

Différents traitements sont possibles selon les cas

Le cas n°1 présente une culotte de cheval petite à modérée et bien localisée, sans aspect cellulitique. C’est l’indication, limitée mais idéale, de la cryolipolyse. Une étude récente — publiée par ma consœur le Dr Adjadj dans la revue Réalités en Chirurgie Plastique de Janvier 2017 — a mesuré son efficacité : à 6 mois la cryolipolyse permet en moyenne une réduction du tour de cuisse de 5,63 cm et une diminution de l’épaisseur graisseuse sous-cutanée de 1,31 cm.

Le cas n°2, une culotte de cheval plus importante sans aspect cellulitique est l’indication type de la liposuccion pour enlever définitivement la graisse.

 Avant-après (cas n° 2), liposuccion pour traiter une culotte de cheval (et ici des poignées d’amour) © Dr Eric Plot

Avant-après (cas n° 2), liposuccion pour traiter une culotte de cheval (et ici des poignées d’amour) © Dr Eric Plot

Le cas n°3, une cellulite sans déformation, n’est pas vraiment une culotte de cheval. Si la cellulite est modérée je privilégierai un traitement par ondes de choc Zimmer. Si elle est un peu plus étendue, une toute nouvelle technologie, le traitement anti-cellulite Cellfina™ (vidéo) — qui est lui aussi micro-invasif et se pratique au cabinet — sera l’indication élective.

Culotte de cheval avec cellulite : combiner plusieurs traitements

Dans le cas n°4, d’une culotte de cheval modérée avec aspect cellulitique, plusieurs solutions s’offrent à nous. La cryolipolyse peut être combinée avec les ondes de choc acoustique si la cellulite n’est pas trop importante, ou avec le procédé micro-invasif Cellfina™ trois à six mois plus tard si la cellulite est plus étendue. Mais on pourra également préférer une autre technique de destruction de la stucture de la cellulite avec la lipolyse laser.

 Avant-après (cas n°4), cryolipolyse pour traiter la petite culotte de cheval et Cellfina™ 6 mois après pour traiter l’aspect cellulitique des fesses © Dr Eric Plot

Avant-après (cas n°4), cryolipolyse pour traiter la petite culotte de cheval et Cellfina™ 6 mois après pour traiter l’aspect cellulitique des fesses © Dr Eric Plot

Le 5ème cas est celui d’une culotte de cheval importante associée à une cellulite étendue et prononcée. La liposuccion (vidéo) sera l’incontournable traitement de base pour enlever définitivement la surcharge graisseuse profonde. Associer cette liposuccion, dans le même temps opératoire, à une lipolyse laser qui détruit la structure de la cellulite tout en permettant une remise en tension cutanée me paraît la meilleure indication opératoire. Une alternative moins invasive consistera à pratiquer un traitement Cellfina™ six mois après la liposuccion.

 Avant-après (cas n°5), liposculpture de la silhouette par association d’une liposuccion et d’une lipolyse laser © Dr Eric Plot

Avant-après (cas n°5), liposculpture de la silhouette par association d’une liposuccion et d’une lipolyse laser © Dr Eric Plot

Prendre rendez-vous