Que retenir de l’AMEC, premier congrès européen de médecine anti-âge ?

Le congrès de  l’AMEC (Anti-aging Medicine European Congress) a réuni plus de 2000 participants les 11 et 12 octobre à Paris. L’une des deux journées a été consacrée à l’actualité de la chirurgie esthétique. J’y ai participé en tant que directeur du comité scientifique pour la chirurgie. Les orateurs et les participants — chirurgiens plasticiens notamment, allemands, anglais, israéliens, américains et brésiliens — ont souligné le très bon niveau scientifique des sessions qui s’adressaient à un public professionnel averti.

Quatre thèmes de chirurgie esthétique ont été abordés ; chacun faisant l’objet de plusieurs interventions et de débats avec les participants. J’en retiens quatre grandes idées

L’augmentation mammaire : peut-on remplacer les implants mammaires par la graisse ?

Le docteur Uebereitter, expert allemand des injections de graisse dans le sein a précisé que cette technique ne permet pas d’obtenir une augmentation mammaire de plus d’un demi-bonnet par intervention. Si on souhaite davantage, il faudra pratiquer deux interventions espacées de six mois. L’injection de graisse dans le sein est une technique très au point ; il convient simplement de la réserver aux augmentations mammaires (vidéo) modérées.

Une nouvelle technique renouvelle la chirurgie de rajeunissement des paupières inférieures

La chirurgie des paupières inférieures reste pour tout chirurgien plasticien une chirurgie délicate. Une nouvelle technique de rajeunissement de la paupière inférieure, moins agressive et plus simple, la “pinch” blépharoplastie a été présentée par son inventeur, le Docteur Glen Jelks, brillant oculoplasticien américain. Cette technique — à laquelle j’ai été formé à New-York — permet d’enlever plus de peau en toute sécurité de façon à traiter efficacement relâchement cutané, rides et plis sous les yeux. Elle a conquis les participants et je pense qu’elle va vraiment faire évoluer les pratiques chirurgicales de rajeunissement du regard et du visage.

L’approche globale de la silhouette en chirurgie esthétique

Le docteur Henry Mentz, chirurgien plasticien américain, a exposé, comme il l’avait déjà fait à New-York, sa philosophie d’une véritable sculpture globale du corps. Cette nouvelle approche de la silhouette appréhendée dans son ensemble a passionné l’auditoire et fait évoluer le regard du chirurgien plasticien sur la liposuccion et le lipofilling (ou lipostructure). La liposuccion, ce n’est décidément pas qu’enlever de la graisse ; et le lipofilling, c’est plus qu’une simple réinjection de graisse ; il s’agit bien plutôt de combiner les deux techniques pour “sculpter” le corps en modelant des courbes et des volumes.

Le débat sur les deux techniques de rhinoplastie

De passionnantes discussions ont eu lieu entre partisans des rhinoplasties par voie fermée, où la chirurgie s’effectue par l’intérieur des narines, et partisans de la voie ouverte, où la chirurgie se réalise par ouverture du “capot cutané”. En résumé, la voie ouverte s’impose de plus en plus pour le traitement des nez difficiles, surtout quand il faut intervenir sur la pointe du nez et dans les cas de chirurgie secondaire et tertiaire (nez déjà opérés, ratés et à reprendre).

—o—

Cette journée a rencontré un vrai succès : elle était pleine d’enseignements techniques de haut niveau qui permettent d’améliorer encore les résultats de la chirurgie esthétique. La qualité des intervenants et des échanges témoignait de la beauté de ce métier et rappelait une fois de plus pourquoi la chirurgie esthétique est passionnante (vidéo). Les voies d’amélioration de la pratique chirurgicale sont constamment renouvelées et toujours ouvertes aux chirurgiens qui aiment perfectionner leur savoir-faire.

Le 1er congrès de l'AMEC a été un succès ; un nouveau rendez-vous important pour la chirurgie esthétique

Le 1er congrès de l'AMEC a été un succès ; un nouveau rendez-vous important pour la chirurgie esthétique

Prendre rendez-vous

Le nouveau lifting centro-facial du visage

Une nouvelle technique de lifting de la zone centrale du visage, présentée récemment au congrès de New-York, permet d’éviter les complications de ce lifting délicat et d’obtenir de bons résultats.

Visage creux et peau relâchée

La zone centrale du visage est la zone qui vieillit le plus entre 40 et 60 ans. Le visage rond (baby cheek) devient creux et émacié. Cela se traduit par une perte de volume des pommettes et des joues et une accentuation des sillons naso-géniens qui encadrent la bouche. Ce vieillissement de la zone centrale est dûe à une fonte de la graisse profonde qui s’atrophie sous l’action répétée des muscles. La peau des joues n’a plus de soutien et s’affaisse.

Lorsqu’on en est au stade de la perte de volume sans relâchement cutané majeur, un simple lipofilling permettra de retrouver la plénitude du visage. Cette injection de cellules graisseuses par auto-greffe permet aussi de ralentir le relâchement cutané.

Au stade supplémentaire, lorsque le relâchement cutané est avancé, le lipofilling ne suffit plus. Il  faut alors envisager le lifting centro-facial du visage, également appelé lifting du tiers-moyen du visage .

Les difficultés du lifting centro-facial

Réalisé par une incision de blépharoplastie au ras des cils de la paupière inférieure, ce lifting va constister à remonter le tissu affaissé  en le fixant sur l’os de la pommette et le rebord orbitaire.

Ce lifting de réalisation délicate avait mauvaise réputation aussi bien parmi les patientes que parmi les médecins du fait des suites opératoires longues et difficiles (oedème persistant plusieurs mois après l’intervention) et du fait de la survenue non-exceptionnelle d’une complication orbitale - l’ectropion, déformation de la paupière laissant apparaître le bas du globe oculaire. Pour toutes ces raisons, j’avais une certaine réticence à proposer ce lifting à mes patientes.

Une nouvelle technique de lifting centro-facial plus sûre et plus simple

Lors du récent congrès de New-York, j’ai vu une nouvelle technique de rajeunissement de la zone centrale du visage qui m’a séduit par sa simplicité et par la qualité des résultats obtenus. Lors de ce lifting, l’incision est toujours réalisée au ras de la paupière inférieure mais l’utilisation d’un plan de décollement différent et la réalisation d’une armature préventive de la paupière inférieure permet d’exercer une traction verticale satisfaisante sur la joue sans risque d’ectropion.

De plus, les suites opératoires sont simples car le nouveau plan de décollement des tissus entraîne moins d’oedème. De ce fait,  l’éviction sociale est moins longue et la reprise d’activité plus rapide.

—o—

Les résultats de cette nouvelle technique de lifting centro-facial sont encore améliorés par un lipofilling qui peut être réalisé conjointement. Enfin, lorsque l’ovale du visage est également altéré, le lifting centro-facial peut être combiné avec un lifting vertical.

Une nouvelle technique de rajeunissement de la zone centrale du visage

Une nouvelle technique de rajeunissement de la zone centrale du visage

Prendre rendez-vous

Du nouveau en chirurgie esthétique de la paupière inférieure : la “pinch” blépharoplastie

La chirurgie esthétique de l’excès cutané de la paupière inférieure est une chirurgie délicate. Lorsqu’on retire de la peau sous l’oeil, le risque principal est la survenue d’un oeil rond voire d’un ectropion. La paupière se déforme et laisse apparaître le bas du globe oculaire. C’est ce qui se passe quand on retire trop de peau : il se produit alors une traction trop importante de la joue (peau épaisse) sur la paupière (peau fine) ce qui tire le bord libre de la paupière vers le bas.

Outre un résultat esthétique insatisfaisant à l’encontre du but recherché, cette complication est également fonctionnelle : on a du mal à fermer l’oeil. De plus, du fait de l’exposition permanente du globe oculaire, il peut se développer une pathologie de l’ulcération de la cornée appelée kératite. Afin de prévenir cette complication redoutable, la prudence commande alors de sous-évaluer la quantité de peau à enlever même si le résultat esthétique est insuffisant.

La “pinch” blépharoplastie, des résultats plus sûrs et meilleurs.

Lors du récent congrès de New-York, j’ai suivi une formation dispensée par l’un des médecins inventeurs de la technique : “The Pinch Blepharoplasty for safer and superior results”.

L’idée simple et géniale de cette technique consiste à “armer” le bord libre de la paupière par une canthopexie, c’est-à-dire une fixation et une mise en tension latérales du bord libre de la paupière. Le bord libre de la paupière est ainsi tonifié et consolidé. Il est alors possible de fixer la peau restante sur ce bord libre sans risquer un baillement de la paupière. On peut ainsi enlever franchement plus de peau et faire disparaître relâchement cutané, rides et plis de la paupière inférieure sans risquer “l’œil rond”.

Autre avantage, du fait de l’absence de décollement profond des tissus pendant l’intervention les suites opératoires sont améliorées. Moins de gonflements, de marques et de bleus, ce qui permet aux patients une reprise plus rapide de leur activité.

—o—

En conclusion,  la “pinch” blépharoplastie, nouvelle technique de chirurgie esthétique des paupières inférieures, est une technique qui permet de meilleurs résultats avec plus de sécurité et des suites opératoires simples.

Progrès de la chirurgie esthétique des paupières inférieures avec la “pinch” blépharoplastie 

Progrès de la chirurgie esthétique des paupières inférieures avec la “pinch” blépharoplastie 

Prendre rendez-vous

“Aesthetic Meeting 2013 New York” premiers enseignements

Je reviens de “The Aesthetic Meeting 2013” qui s’est tenu en avril à New York. Organisé par l’Association Américaine pour la Chirurgie Esthétique Plastique (ASAPS)  et la Fondation Américaine pour la Recherche et l’Enseignement de la Chirurgie Esthétique (ASERF), ce congrès international est réservé aux chirurgiens esthétiques et à leurs équipes.

Le grand rendez-vous mondial de la chirurgie esthétique

Avec plus de 3 000 participants, 120 conférences et  cours et ateliers animés par plus de 100 spécialistes pendant 6 jours, le Congrès Esthétique de New York est le grand rendez-vous mondial de notre discipline.

J’y suis allé pour me perfectionner, faire le point sur l’état de l’art, échanger des idées avec des confrères américains et du monde entier ; et aussi pour comparer mes techniques avec celles de mes confrères.  

Un tel rendez-vous permet d’avoir un regard critique, à la fois sur ma propre pratique (vidéo) et sur celle des autres. Une approche critique est  importante car nouveauté ne signifie pas forcément progrès, surtout dans le domaine de la chirurgie. Il est même assez fréquent de voir décrites de nouvelles techniques lors d’un congrès puis de voir publiées un ou deux ans après les complications liées à ces techniques !

Le congrès de New York est caractérisé par un niveau scientifique élevé et une analyse critique exigeante. Les intervenants sont mondialement reconnus et leurs publications font souvent référence. C’est particulièrement intéressant de confronter l’esprit d’innovation des grands praticiens américains avec l’approche rationnelle et réfléchie qui caractérise l’école française de chirurgie.

De nouvelles techniques font évoluer la chirurgie esthétique

Plusieurs thèmes qui ont particulièrement retenus mon attention feront, dès la semaine prochaine, l’objet de billets dans ce webzine, notamment :

  • une nouvelle technique de lifting des bras à cicatrices masquées qui donne enfin de bons résultats ;

  • une nouvelle technique de chirurgie de la paupière inférieure très simple, sans risque, qui permet d’améliorer nettement les résultats de cette chirurgie délicate ;

  • une nouvelle technique de lifting du tiers moyen du visage (pommettes et sillons naso-géniens) que je vais proposer à mes patientes car elle diminue considérablement le gonflement du visage post-opératoire et donc raccourçit la période d’éviction sociale tout en apportant des résultats convaincants.

La liposuccion du futur ?

Surtout, j’ai été très séduit par une nouvelle conception de la chirurgie de la silhouette qui consiste non plus seulement à retirer de la graisse mais aussi à sculpter la silhouette, par exemple à redessiner des abdominaux ou recréer une courbure féminine. Je reviendrai en détail sur cette approche globale tridimensionnelle de la silhouette par la prise en compte des formes naturelles idéales. Une approche authentiquement esthétique qui va évidemment faire évoluer ma pratique.

Au congrès de New York, les nouvelles techniques qui font évoluer la chirurgie esthétique

Au congrès de New York, les nouvelles techniques qui font évoluer la chirurgie esthétique

Prendre rendez-vous