Avoir de belles fesses grâce au lipofilling

Le lipofilling donne d’excellents résultats pour augmenter le volume des fesses. Les techniques et la connaissance de la physiopathologie de la  graisse ont en effet beaucoup progressé. 

Le lipofilling consiste à faire une véritable auto-greffe des cellules graisseuses de la patiente au niveau de ses fesses. Il faut donc préalablement au lipofilling procéder à une liposuccion sur d’autres zones du corps de la patiente pour prélever la graisse qui lui sera ensuite réinjectée.

Préalable au lipofilling : une réserve de graisse suffisante chez la patiente

Première condition nécessaire à un joli résultat, le lipofilling des fesses ne se conçoit que si la patiente dispose d’une réserve de graisse suffisante, poignées d’amour, petit ventre,  culotte de cheval. Dans mon expérience, seule la graisse située en profondeur constitue une réserve de qualité exploitable. 

A l’opposé, la cellulite est une graisse superficielle dont la physiopathologie est complètement différente ; elle ne permet pas d’obtenir un bon résultat en lipofilling car les cellules graisseuses issues des zones cellulitiques ne survivent pas. A noter que lorsque la patiente n’a pas de réserve suffisante de graisse la pose d’implants fessiers reste une alternative possible pour obtenir de belles fesses

Bien préparer la greffe graisseuse

Pour réussir un lipofilling des fesses il ne suffit pas de prélever puis de réinjecter, il est impératif de préparer et de purifier la graisse avant sa réinjection. Pour ma part, j’associe un lavage et une centrifugation de la graisse prélevée afin d’obtenir la graisse la plus pure possible, gage d’une bonne prise de greffe. Il faut en effet que les cellules que l’on ré-injecte restent vivantes.

L’art du lipofilling des fesses

D’abord il faut dialoguer et , par une bonne écoute des désirs de la patiente, être bien d’accord sur les résultats souhaités. Il faut se représenter comment vont être les fesses après le lipofilling. En effet, la perception de ce que sont de belles fesses est éminemment personnelle.

Ensuite, dans ma technique, j’associe l’injection, au sein du corps des muscles fessiers, de piliers de graisse qui donnent du volume, à un nappage de graisse, de façon à homogénéiser le résultat et obtenir un joli arrondi.

Cette intervention demande du temps. Il y a d’abord le prélèvement de graisse qui doit être fait avec des canules de faible diamètre pour obtenir des cellules graisseuses en bon état. Puis il faut prendre le temps de préparer la graisse, puis celui de la réinjection — le lipofilling proprement dit. Au total une intervention de deux bonnes heures avec anesthésie générale ; l’opération peut se faire en ambulatoire si la liposuccion préalable n’est pas trop importante.

Le lipofilling des fesses donne des résultat durables

Lors du lipofilling, je fais une légère surcorrection par rapport au résultat envisagé car il y aura une perte de volume dans les trois premiers mois suivant l’intervention. Celle-ci sera d’autant plus limitée que l’on aura soigneusement respecté les conditions de préparation de la graisse réinjectée. Le résultat final peut donc être jugé trois mois après l’intervention, et il est durable.

—o—

Je suis aujourd’hui impressionné par la beauté des résultats du lipofilling des fesses. 
Étant entendu que cette technique du lipofilling n’est pas adaptée au cas des fesses tombantes — par exemple après un fort amaigrissement — pour lesquelles la bonne indication est alors un lifting des fesses.

Le lipofilling donne d’excellents résultats pour augmenter le volume des fesses

Le lipofilling donne d’excellents résultats pour augmenter le volume des fesses

Prendre rendez-vous

Est-il difficile d’avoir de belles fesses ?

Il est étonnant de voir comment la pose de prothèses d’augmentation fessière — aussi appelés implants glutéaux — a mauvaise réputation en France, où cette intervention est assez peu pratiquée, alors qu’elle est extrêmement pratiquée en Amérique centrale et en Amérique latine. C’est d’ailleurs le Dr. Raul Gonzales, un chirurgien plasticien brésilien, qui a mis au point la technique que j’utilise aujourd’hui.

L’augmentation fessière a en effet la réputation d’une chirurgie difficile, douloureuse, avec risque de nombreuses complications post-opératoires, parmi lesquelles le déplacement de prothèse, des hématomes, des épanchements de lymphe et des douleurs persistantes. Cette réputation ne correspond pas à la réalité que je connais ni à mon expérience. Voyons pourquoi et comment on peut obtenir de belles fesses sans risque ni douleur.

Comment bien placer les prothèses fessières

La technique du Dr. Gonzales — que j’ai eu l’occasion de voir opérer à plusieurs reprises — est pourtant simple, une fois la phase d’apprentissage faite. Cette technique consiste à placer la prothèse dans l’épaisseur même du muscle fessier, et non pas au dessus du muscle — solution qui favorise le déplacement — ni au dessous du muscle dans un espace très profond — solution source de complication, en particulier au niveau du nerf sciatique.

Dans la technique que j’emploie, on crée donc un espace virtuel dans l’épaisseur même du muscle fessier, espace dans lequel va être placée et complètement enveloppée la prothèse. La prothèse fessière est en silicone, identique à celui des prothèses mammaires, mais avec un gel à ultra-haute cohésivité, à la fois plus solide et plus malléable, pour s’adapter au mouvement musculaire dans une partie du corps très sollicitée par la marche et la position assise. La paroi en est strictement lisse pour éviter toute friction avec le muscle.

Augmentation fessière, obtenir un résultat naturel et durable

Le choix de la la position dite “intramusculaire” pour la prothèse fessière permet d’obtenir un résultat très naturel en ne rebombant pas le muscle fessier et donc la fesse. La position intramusculaire évite toute visibilité de la prothèse qu’elle rend indécelable et dont elle empêche le déplacement secondaire.

J’aime cette technique d’augmentation fessière car elle donne un résultat durable voire définitif — contrairement aux injections d’acide hyaluronique dans les fesses. Le résultat est prédictible contrairement à celui des injections de graisse (lipofilling) où la résorption graisseuse, qui intervient toujours dans les suites, rend la prédiction du volume du résultat final difficile. Enfin l’augmentation par prothèse est toujours réalisable, même en l’absence de graisse, contrairement au lipofilling ; d’autant plus que les jeunes patientes demandeuses de ce type d’intervention n’ont souvent pas beaucoup de graisse.

Je trouve donc que la mauvaise réputation des prothèses d’augmentation fessière est injuste, y-compris au sujet de la douleur car, si douleur il y a, elle reste parfaitement supportable et contrôlée par antalgiques et anti-inflammatoires.

La moindre douleur résulte aussi de l’utilisation de prothèses de volume modéré, plus faible que ce qui est habituellement réalisé en Amérique du sud. En France, la demande et les canons de beauté sont différents et il y a une tradition de mesure et de raison de la chirurgie plastique française qui modère l’ampleur et le volume de l’augmentation des fesses.

—o—

En matière d’augmentation fessière, l’alliance de la “French Touch” avec la meilleure des techniques brésiliennes présente l’avantage de prévenir complications et douleur, tandis que les résultats sont superbes.

De belles fesses sans risque ni douleur

De belles fesses sans risque ni douleur

Prendre rendez-vous

Du nouveau du côté de l'augmentation fessière

Aux patientes qui ne peuvent pas bénéficier d’une augmentation fessière par lipofilling je peux désormais proposer une nouvelle technique de pose d’implants fessiers.

Les inconvénients de la pose d’implants fessiers

J’ai toujours eu une attitude prudente et réservée vis à vis de l’augmentation fessière, comme je l’ai expliqué récemment dans un de mes billets au sujet de la pose d’implants. Deux raisons à cela : le caractère douloureux de l’intervention et le risque de déplacement secondaire des prothèses dûs à la position profonde de l’implant dans l’épaisseur du muscle. Je réservais donc jusqu’alors cette technique à des cas très précis.

Une nouvelle glutéoplastie présentée à New York

Au congrès de New-York, j’ai pu étudier une nouvelle technique de pose d’implants fessiers qui me parait beaucoup plus simple et logique. J’y ai suivi une formation sur les différentes techniques d’augmentation du volume des fesses - glutéoplastie et lipofilling. Dans le cas de la glutéoplastie (chirurgie de modification de la forme et de la taille des fesses par la pose d’implants) l’implant est désormais placé dans un plan sous-fascial c’est à dire entre le muscle et son aponévrose (enveloppe). Cette position facilite le placement des implants fessiers et rend l’intervention moins douloureuse. Je pense que cette nouvelle technique de glutéoplastie s’adapte le mieux aux cas des patientes qui ont tout de même un peu de graisse sur les fesses de façon à enrober l’implants.

—o—

Dans ma pratique de chirurgien-plasticien, ma technique de référence demeure l’augmentation fessière par lipofilling (injection de la propre graisse de la patiente). Toutefois cette nouvelle façon de poser les prothèses fessières offre une alternative pour les patientes qui n’ont pas une quantité suffisante de graisse pour permettre un lipofilling.

Une nouvelle façon de poser les prothèses fessières

Une nouvelle façon de poser les prothèses fessières

Prendre rendez-vous

Augmentation des fesses : une demande nouvelle

Les critères de beauté évoluent. Aujourd’hui, une jolie silhouette, cela veut aussi dire avoir de jolies fesses. C’est une demande récente en pleine expansion. Il y a trois techniques possibles qui permettent d’intervenir sur le volume des fesses.

L’injection de graisse par auto-greffe

Elle commence par un prélèvement de graisse chez la patiente provenant du ventre ou de la culotte de cheval. La graisse prélevée est ensuite injectée dans la zone des fesses. L’intervention se déroule au bloc opératoire sous anesthésie générale. La greffe de graisse suppose qu’il existe suffisamment de graisse à prélever chez la patiente : il faut en effet prélever le double du volume souhaité. L’auto-greffe présente cependant des aspects aléatoires : il se produit parfois une fonte d’une partie de la graisse. Cette technique présente de jolis résultats pérennes et naturels.

Les prothèses de fesses

Il s’agit d’implanter des prothèses fessières en silicone comme les prothèses mammaires. L’intervention est plus importante qu’une simple auto-greffe. La pose des implants en transmusculaire rend l’intervention douloureuse. Il existe des risques de déplacement des prothèses. Celles-ci sont en effet soumises à des contraintes importantes puisque la patiente s’assoit dessus.

L’injection d’acide hyaluronique

C’est une technique simple qui consiste à injecter une grande quantité d’acide hyaluronique. L’intervention se déroule au bloc opératoire le plus souvent sous anesthésie locale. Les résultats sont jolis mais transitoires ; après 18 mois, il y a en effet une fonte d’environ 50% du volume injecté. Il faut donc recommencer l’injection, ce qui fait de cette technique une démarche assez onéreuse.

—o—

Pour augmenter le volume des fesses, dès lors que c’est possible, je privilégie l’approche la plus naturelle : l’auto-greffe par injection de la propre graisse de la patiente. Je réserve la pose de prothèses fessières aux patientes qui n’ont pas un volume graisseux suffisant.

Fesses : différentes techniques selon les corrections souhaitées

Fesses : différentes techniques selon les corrections souhaitées

Prendre rendez-vous