Augmentation mammaire composite pour une poitrine plus naturelle

Augmenter sa poitrine de façon plus naturelle… Ou comment augmenter et redonner du volume à une poitrine avec un résultat particulièrement naturel ? La pose de prothèses associée à une injection de graisse (lipofilling) permet de rendre les implants mammaires invisibles et insoupçonnables au toucher.

Combiner 2 techniques d’augmentation mammaire

Les implants mammaires sont une technique utilisée depuis longtemps qui permet d’obtenir le volume et la forme de seins souhaités. Inconvénient chez les patientes minces : les implants mammaires restent visibles et palpables. Et même si les prothèses ont beaucoup évolué ces dernières années, le résultat est un peu moins naturel qu’une poitrine véritable.

Le lipofilling mammaire est une technique récente qui présente de nombreux avantages : elle donne un côté naturel à la poitrine sans introduire de corps étranger dans l’organisme. Le lipofilling consiste en effet à réinjecter dans le sein la propre graisse de la patiente, prélevée par lipoaspiration sur une autre partie du corps et purifiée. Il y a cependant quelques limites : il n’est pas possible de créer un volume important — pas plus d’un demi-bonnet par intervention — et la technique nécessite une quantité de graisse disponible chez la patiente.

Augmentation mammaire composite, qu’est-ce que c’est ?

L’augmentation mammaire composite consiste à associer les deux techniques ci-dessus.

On implante d’abord des prothèses mammaires — de forme ronde ou anatomique — pour obtenir le volume souhaité.

Puis on réalise un lipofilling de la poitrine. Le nappage graisseux réalisé en surface de la prothèse mammaire permet d’en camoufler les bords et de donner ainsi plus de souplesse au sein. La réinjection de la graisse prélevée et purifiée se fait au moyen de canules très fines qui ne laissent aucune cicatrice.

Le lipofilling permet aussi de masquer le bombement du pôle supérieur des seins généré par la pose des implants, en améliorant la transition entre le thorax et le sein — la pente sera en effet progressive et d’aspect plus naturel.

Au passage, la lipoaspiration corrige les éventuels amas graisseux inesthétiques au niveau du ventre, des hanches, des cuisses ou encore des genoux.

Cette intervention permet une augmentation des seins particulièrement réussie car elle modifie le volume et la forme de la poitrine selon le désir de la patiente tout en lui procurant un toucher naturel et souple :

  • elle s’adresse en priorité aux patientes minces qui ont très peu de poitrine et chez qui, la pose d’implants mammaires seule aura du mal à donner un résultat vraiment naturel. Elle est moins indiquée chez les patientes qui présentent un volume mammaire permettant de masquer facilement les implants mammaires ;

  • elle rajoute évidemment du temps opératoire pendant l’intervention puisqu’il faut, pour procéder au lipofilling, successivement prélever la graisse chez la patiente, la traiter et ensuite la réinjecter.

—o—

J’aime proposer cette technique du “sein composite” à mes patientes minces car le résultat obtenu est très naturel — ce qui est difficile à atteindre par la seule pose de prothèses mammaires. L’augmentation mammaire composite permet l’embellissement global du buste en gommant les petits défauts associés à la pose d’implants.

 L'augmentation mammaire composite pour un sein naturel

L'augmentation mammaire composite pour un sein naturel

Prendre rendez-vous

Quand et pour quelles raisons remplacer ses prothèses mammaires ?

En tant que spécialiste des implants mammaires et de la chirurgie esthétique du sein, je suis souvent consulté pour des “reprises” d’augmentation mammaire, ce que l’on appelle des “cas secondaires”. Il y a deux raisons majeures d’envisager le changement de prothèses, l’usure des implants ou l’insatisfaction du résultat. Je constate que l’insatisfaction des patientes est ce qui motive le plus souvent ce type de consultation.  

La durée de vie des prothèses mammaires est variable

L’état d’une prothèse évolue dans le temps et, si les prothèses sont fiables, on ne peut pas garantir à vie des implants mammaires. Même s’il est devenu obsolète d’affirmer qu’il convient de changer systématiquement ses prothèses tous les 10 ans.

En fait, l’usure d’une prothèse dépend de ses interactions avec les tissus vivants qui l’entourent et, dans ce domaine, chaque corps connaît ses propres modifications à son propre rythme. Un même modèle d’implant va réagir différemment et sa durée de vie va varier d’une patiente à une autre, et cela n’est pas forcément prévisible.

L’usure se constate donc au cas par cas et, pour la suivre, il convient de consulter une fois par an le chirurgien qui verra, en fonction de l’examen clinique, s’il y a lieu de pratiquer des examens complémentaires, par exemple une mammographie pour rechercher d’éventuels points d’usure ou de rupture sur un implant.

L’insatisfaction, motif le plus fréquent du changement de prothèses mammaires

Selon les enquêtes médicales, 25 à 30% des femmes seraient insatisfaites de leurs prothèses mammaires. Elles déclarent que “ma silhouette a changé…”, “mes prothèses sont visibles…” ou encore “le résultat s’est dégradé”. Comment cela se fait-il ? Qu’est-ce que je constate lorsque ces patientes me consultent ?

Il y a d’abord l’effet du vieillissement de la patiente, et plus précisément de la pesanteur du sein, qui altèrent le résultat esthétique d’une augmentation mammaire — initialement réussie, mais dont l’évolution avec le temps justifie le renouvellement.

Les prothèses mammaires mal positionnées ou apparentes

Une deuxième cause assez fréquente d’insatisfaction est dûe au positionnement des prothèses, trop haut placées, ou trop bas, ou à un écart entre les seins trop important.

Troisième cause d’insatisfaction, la prothèse est visible. Soit elle l’est devenue avec le temps, parce que le sein a vieilli, perdu du volume (après les grossesses ou les allaitements), s’est “affaissé”. Soit par déplacement secondaire de l’implant — avec risque de formation de coque, cette induration caractéristique du sein qui “rejette” la prothèse.

La prothèse peut également être  devenue apparente immédiatement après sa pose,une fois l’œdeme post-opératoire résorbé .

Ces problèmes de positionnement ou de visibilité de la prothèse signifient généralement que les choix initiaux — volume, forme, positionnement, placement des implants — n’étaient pas bons ou qu’ils ont été démentis par l’évolution dans la durée.

 à gauche, avant, le sein a capoté sous la prothèse trop haute, posée 8 ans plus tôt (2 grossesses avec allaitement prolongé depuis) ; à droite, correction de l’aspect tombant et de la voussure inesthétique par changement et pose de prothèse anatomique

à gauche, avant, le sein a capoté sous la prothèse trop haute, posée 8 ans plus tôt (2 grossesses avec allaitement prolongé depuis) ; à droite, correction de l’aspect tombant et de la voussure inesthétique par changement et pose de prothèse anatomique

Remplacement des prothèses mammaires, quelles solutions ?

Optimiser le choix du modèle d’implant, éviter la distorsion de volume entre les nouveaux seins et la morphologie de la patiente, privilégier les prothèses anatomiques, choisir le type d’implantation (devant ou derrière le muscle, ou en dual) constituent autant de variables à ajuster selon chaque cas particulier.

Mon expérience du traitement des complications des chirurgies mammaires m’a enseigné que l’on dispose aujourd’hui de beaucoup de solutions pour changer des prothèses et surtout améliorer de façon très significative un résultat insuffisant.    




Prendre rendez-vous

Reconstruction mammaire, le lipomodelage pris en charge par la Sécurité Sociale

Dans le cadre d’Octobre Rose, le mois de la sensibilisation au dépistage du cancer du sein, le Dr Eric Plot, chirurgien plasticien, membre du bureau de la Société Française des Chirurgiens Esthétiques Plasticiens (SOFCEP) répond à l’interview de Sud Radio, le 26 octobre 2017.

Depuis octobre 2017, la Sécurité Sociale prend en charge l’intervention du lipomodelage dans le cadre d’une reconstruction mammaire après un cancer du sein.

Lors d’une chirurgie réparatrice, après l’ablation d’une tumeur cancéreuse, le lipomodelage du sein — également appelé lipofilling mammaire — consiste à réinjecter la propre graisse de la patiente dans son sein pour recréer du volume.

Prendre rendez-vous

Augmentation mammaire par injection de graisse autologue, ce qu’il faut savoir

L’injection de graisse autologue ou lipofilling des seins est une technique d’augmentation mammaire par transfert graisseux sur laquelle nous avons aujourd’hui plus de cinq ans de recul.

J’ai été l’un des premiers à le pratiquer en France. Ces années ont permis d’apprendre beaucoup, tant sur la technique elle-même que sur le vieillissement de la graisse injectée et des poitrines ainsi opérées. Retour d’expérience.

Les injections n’augmentent pas le risque de cancer du sein

Premier point établi, toutes les études épidémiologiques menées depuis l’invention de cette technique ont montré que la réalisation d’un lipofilling mammaire n’augmente pas le risque de survenue d’un cancer du sein. Le lipofilling n’empêche pas non plus le bon déroulement des dépistages : il n’y a pas de risque de confusion avec des nodules potentiellement cancérigènes parce que les radiologues sont formés et savent aujourd’hui parfaitement surveiller un sein injecté et lire les tissus graisseux.

Améliorer le résultat des injections de graisse dans le sein

Nous avons aujourd’hui une meilleure connaissance de la cellule graisseuse et de son métabolisme. Ce qui a permis d’améliorer chacune des phases que comporte un lipofilling du sein — prélèvement, lavage-rinçage, centrifugation, injection de la graisse — et d’obtenir des résultats bien meilleurs, plus prédictifs en termes de prise de greffe.

La condition préalable est que la personne opérée doit avoir des zones donneuses de qualité sur lesquelles prélever la graisse en quantité suffisante. On procède alors au prélèvement de la graisse avec des canules fines afin de privilégier le recueil des petites cellules de graisse, qui survivent et “prennent” mieux, de préférence aux grandes cellules plus fragiles.

Sélectionner et préserver les cellules de graisse pendant le lipofilling

La graisse prélevée par aspiration douce, pour ne pas risquer de casser les cellules, est ensuite lavée et rinçée une, voire deux fois, toujours en douceur pour ne pas tuer les facteurs de croissance — la substance protéique qui contrôle et stimule la multiplication des cellules et qui conditionne la prise de la greffe. Et aussi pour ne pas risquer de faire exploser les cellules sous la pression. Le lavage est suivi d’une centrifugation courte — moins d’une minute contre trois à quatre il y a cinq ans — dans des seringues de faible contenance.

La réinjection doit être faite en multiplan — de multiples dépôts par de multiples tunnels — avec des dépôts de faible quantité à différents niveaux. L’ensemble des opérations est donc long et méticuleux et chaque phase joue un rôle important dans le succès final de la greffe. Toutes ces précautions donnent de bien meilleurs résultats ; dans ma pratique je constate que 70 à 90% de la graisse prend, selon les patientes.

Quelle augmentation de volume attendre d’un lipofilling mammaire ?

Le recul et les années de pratique ont permis de tirer d’autres enseignements. Le premier est qu’il ne faut pas “saturer le sein”, afin que la cellule puisse être nourrie par les tissus récepteurs, faute de quoi elle meurt. Lorsqu’on plante un jeune arbre, il faut lui laisser assez de terre et de racines pour l’aider à prendre et ne pas vouloir aller plus vite que la nature.

Une séance d’injection de graisse est indiquée pour une augmentation d’un demi-bonnet. C’est parfait pour remplir le pôle supérieur d’un sein vide après allaitement ou amaigrissement et pour embellir le décolleté. Si on veut aller au delà avec cette technique, il faudra plusieurs séances. C’est possible en espaçant les séances de deux à trois mois. En sachant que le coût d’un lipofilling est plus élevé que celui de la pose d’implants mammaires parce que l’opération est plus longue ; et que pour obtenir un gain supérieur au demi-bonnet, il faudra peut-être une voire deux séances de d’injections en plus.

autres bénéfices du lipofilling du sein

Avec l’expérience on sait que la consommation de tabac, en diminuant la vascularisation locale, diminue la prise des cellules graisseuses — les injections de graisse dans les seins peuvent donc être une bonne occasion d’arrêter de fumer sans peine et difinitivement !

J’ai constaté un autre avantage du lipofilling : non seulement il donne du volume et un résultat définitif, mais en plus il améliore la qualité et la beauté de la peau des seins, sans doute parce que l’apport d’une graisse nouvelle nourrit la peau en même temps qu’elle la retend.

J’aime aussi proposer à mes patientes minces la technique du “sein composite” : le lipofilling mammaire associé à une pose de prothèses classique permet de redonner du volume à une poitrine avec un résultat plus naturel, les implants mammaires devenant invisibles et insoupçonnables au toucher.

 Autre avantage du lipofilling, il améliore la qualité et la beauté de la peau des seins

Autre avantage du lipofilling, il améliore la qualité et la beauté de la peau des seins

Prendre rendez-vous

Les vacances, une bonne période pour s’occuper de soi

Les vacances en général, et l’été en particulier du fait de la longueur des congés, sont une période propice aux actes de médecine et de chirurgie esthétiques. Je note d’ailleurs ces dernières années plus de demandes à cette période.

Le double avantage d’une chirurgie esthétique estivale

Profiter des congés d’été pour se faire opérer est une bonne idée et on me le demande de plus en plus souvent. Les patientes veulent en effet de moins en moins s’absenter de leur travail. Elles souhaitent aussi que leur rajeunissement du visage, leur changement de silhouette ou de poitrine passe inaperçu de leur entourage professionnel et amical, à la faveur de la trêve estivale.

Un lifting du visage et/ou du cou sera “ni vu ni connu” puisque grâce à l’été le rajeunissement sera mis sur le compte de vacances réussies et très reposantes — “tu as une mine superbe, ces vacances t’ont fait beaucoup de bien !”.

L’autre avantage est de pouvoir faire suivre l’intervention d’une période de repos plus longue et plus détendue. Cette période de repos accru permet de récupérer dans de très bonnes conditions et de maximiser la qualité des résultats. Par exemple, après une liposuccion, il est plus facile d’adopter un régime alimentaire léger en été qu’en plein hiver. Et ainsi de bien enclencher l’effet “booster” de la liposuccion sur l’amaigrissement.

De simples précautions faciles à prendre

Indépendamment des précautions post-opératoires propres à chaque intervention, quelle que soit l’intervention, la seule véritable contre-indication est l’exposition solaire. Que ce soit après un lifting ou une augmentation mammaire, après une liposuccion ou un traitement de la cellulite, il convient de rester à l’ombre et de ne pas exposer les cicatrices au soleil.

La chaleur estivale elle-même n’est plus un problème, par exemple après une liposuccion ou une lipolyse laser, puisque les vêtements de contention sont aujourd’hui disponibles en fibres textiles de type coolmax® à la fois légères et aérées.

Je constate que mes patientes qui profitent de l’été pour des actes de chirurgie plastique ou de médecine esthétique sont très satisfaites. Elles attaquent la rentrée détendues, bien dans leur peau, en ayant pris le temps de s’occuper d’elles.

Trouver un chirurgien esthétique ouvert en août à Paris

J’apprécie moi aussi de travailler dans l’ambiance plus calme et les plannings moins bousculés de l’été. Cette année je serai d’ailleurs à Paris pendant le mois de juillet et la plus grande partie d’août et les cliniques où j’interviens fonctionnent tout à fait normalement.

Prendre rendez-vous